Le savon c'est quoi ?

Comment naît le savon ?

Faire du savon c'est un peu de l'alchimie... C'est chaque fois un moment magique, avec sa part de surprises !

Le savon c'est quoi ?

Le savon est une combinaison de graisses (animales ou végétales) mélangée à un agent alcalin fort (de la soude pour un savon solide, de la potasse pour un savon liquide). La réaction, appelée saponification, produit du savon et de la glycérine.
 

Et de cette simple réaction naît un savon !

La fabrication :

Trois méthodes sont principalement utilisées pour fabriquer du savon :

 

*Le savon à froid

C'est cette méthode qu'a choisi Lilly des Bulles pour vous offrir le meilleur des savons.

Il s'agit d'une méthode artisanale très ancienne, qui a été abandonnée dans l'industrie cosmétique au profit de la méthode « à chaud », plus rapide et plus rentable.

Dans la méthode « à froid », le savonnier travaille de petits volumes aux températures les plus basses possibles et chauffe les seuls ingrédients qui le nécessitent. Ainsi les huiles liquides à température ambiante sont utilisées en l'état. Les beurres végétaux (comme l'huile de coco, le beurre de cacao ou de karité par exemple) ne sont pas chauffés mais juste tiédis pour être malléables et pouvoir être travaillés.

Le mélange est ensuite mis en présence de la solution de soude et agité à l'aide d'un mixeur. La réaction de saponification se produit. Lorsque la pâte commence à s'épaissir (on appelle cela la trace), on ajoute tous les ingrédients les plus fragiles : huiles précieuses pour le surgraissage, huiles essentielles, argiles colorantes, extraits de plantes...

La pâte à savon est alors coulée dans un moule où on laisse la réaction de saponification s'achever. Après un temps de repos variable le savon est démoulé, coupé en barres puis en pains et mis à sécher.

Enfin vient le temps de la « cure », c'est-à-dire la période de séchage à l'air libre, qui dure de quatre à six semaines et s'achève par des tests de libération avant que les savons soient emballés (toujours à la main !).

Voilà, le savon est prêt à être utilisé !

Dans la saponification à froid, le savonnier est libre de choisir les huiles qui composent son savon en fonction des propriétés qu'il souhaite lui donner (pouvoir moussant, onctuosité, dureté...). De fait, il maîtrise complètement la qualité du produit final puisqu'il a la main sur la totalité des opérations de production. De la formulation des produits au choix des fournisseurs, en passant par toutes les opérations de fabrication, il est garant de l'excellence de ses savons...

Pour le plus grand bénéfice de votre peau.

 

*La méthode industrielle à chaud

On part des mêmes ingrédients : des huiles et un agent alcalin, en quantités très importantes. Pour accélérer la réaction, et gagner en rentabilité, on chauffe la pâte à environ 100°C pendant plusieurs heures et on travaille en mettant plus de soude que nécessaire pour que tout le mélange soit transformé en savon. En fin de réaction, il reste donc dans les cuves du savon, de la glycérine produite par la réaction chimique... Et de la soude caustique, qu'il faut éliminer. La pâte est alors lavée plusieurs fois de suite avec de l'eau salée pour ôter le restant de soude. La glycérine étant captée par le sel, elle est également retirée durant l'opération.
Privé de sa glycérine et exempt de surgraissage, le savon produit est souvent trop desséchant pour la peau car pas assez hydratant.

Dans la méthode industrielle, les corps gras les plus utilisés sont l'huile de palme (dont on connaît maintenant les conséquences de sa culture intensive sur la déforestation tropicale) et le suif (graisses animales).

Bon à savoir :
Comment les reconnaître ? Regardez les petits caractères sur vos étiquettes : « sodium palmate » (huile de palme saponifiée) et « sodium tallowate » (suif saponifié).

Une fois séché, le savon est réduit en copeaux. On les appelle « bondillons ». Ceux-ci peuvent ensuite être colorés, parfumés... De manière mécanisée et à grande échelle.
Il faut savoir que presque tous les savons disponibles sur le marché, bio ou pas, « artisanaux » ou totalement industriels, sont fabriqués à partir de bondillons.

 

*La méthode semi industrielle

Les bondillons de savons sont mélangés dans des machines appelées malaxeuses-extrudeuses. On peut y ajouter en très petites quantités des colorants, des parfums, des huiles précieuses ou même de la glycérine... (Cette dernière n'étant pas forcément d'origine végétale ni même naturelle puisqu'on sait la synthétiser.) La machine sort un boudin de savon qui est ensuite mis en forme lors des opérations de découpe et de moulage.

Ces deux étapes peuvent se faire de façon artisanale, mais le bondillon de savon utilisé comme base est toujours issu du procédé industriel. Il existe des savonniers qui fabriquent leurs propres bondillons pour les travailler ensuite, mais ils sont extrêmement rares.

Les produits ajoutés en fin de fabrication, même de très bonne qualité, le sont en très petites quantités : quelques pourcentages du savon final, en raison des contraintes techniques qu’impose la mécanisation d'une partie des opérations.

Les différences majeures entre un savon saponifié à froid et un savon semi-industriel sont :

  • la quantité de glycérine présente dans le savon final. Si un savon saponifié à froid affiche entre 7 et 10 % de glycérine, un savon issu de bondillons n'en comportera qu'au maximum 4 ou 5 % car au-delà cet ingrédient rend la pâte à savon trop souple et bouche la plupart des machines ;
  • le taux de surgraissage (l'huile qui n'est pas transformée lors de la saponification et qui reste dans le savon final) est également limité pour les mêmes raisons ;
  •  le savon semi industriel a souvent les mêmes bases d'huiles et comme l'assembleur ne maîtrise pas le procédé de saponification, il n'a pas vraiment le choix. Inversement, le savon à froid offre une multitude de possibilités.

Un assembleur ne produit pas de savon à proprement parler, il n'en fait qu'une amélioration en modifiant parfums, couleurs et formes.

Conclusion :
Les savons dont l'étiquette mentionne le terme « artisanal » ne sont pas forcément fabriqués dans de petites entreprises et surtout ne sont pas nécessairement des savons fabriqués « à froid ».